Achat du camion

Dans le choix de partir en voyage, l’achat du véhicule est primordial, il fallait bien commencer par là. Après en avoir visité quelques-uns, le périple que nous prévoyons étant sur du long terme nous sommes dit qu’il fallait un minimum d’espace. Suite aux visites nous souhaitions en avoir un où nous puissions nous tenir debout à l’intérieur. Il faut imaginer que par mauvais temps, ou juste par confort si on veut cuisiner, pouvoir être debout et ne pas rester accroupi en permanence n’est pas un luxe. escargot horizon transition achat

En parlant autour de nous de notre projet, quelqu’un nous a parlé des encans du gouvernement du Québec, vous pouvez les trouver sur ce site. Le gouvernement a quelques règles qui font qu’au bout d’un certain temps, 10 ans pour les autobus scolaires par exemple, un exemple doit être changé. Il se peut aussi qu’il ne soit plus d’usage. Les encans se tiennent environ aux deux mois en alternant entre Québec et Montréal. C’est dans la métropole montréalaise que nous avons décidé d’aller à l’encan au mois de septembre pour nous donner une idée. N’étant ni automobiliste ni Montréalais, le périple dans la grande ville nous a fait donner des coups de Bixi et d’utilisation de bus assez onéreuse. Le parc où se trouvent ces encans est à l’extrémité nord de l’île, dans la zone industrielle.escargot horizon transition achat

Il y a toute sorte de choses à l’encan, bien que majoritairement ce soit des véhicules qui soient représentés, ce fut en tout cas pour celui où nous sommes allés. Cela se passe la fin de semaine, vous pouvez venir voir les objets à acheter le vendredi et le samedi à partir de 10h, un camion transportant les hommes au débit de parole le plus vite du monde vous propose d’acheter des choses. Nous en avions quelques-uns dans la ligne de mire, mais pour celui qui ne sait pas jouer, le jeu va vite! C’est avec un GMC Savana 2002 que nous sommes sortis!


Also published on Medium.

A propos Laurent

Après des études de philosophie, il s’est perdu et s’est retrouvé en Amérique du Sud pendant 2 ans. De retour à Québec, il passera par plusieurs emplois où il ne se retrouva pas. Membre de l’Accorderie de Québec il finira aussi par y travaillé pendant 2 ans. C’est à ce moment-là qu’il commencera à s’intéresser aux monnaies locales et sera un des initiateurs du projet à Québec. C’est aussi à ce moment qu’il sera impliqué au comité Décroissance et Transition des AmiEs de la Terre de Québec et à l’atelier collaboratif La Patente. C’est au cours des ces rencontres et implications que le désir de vouloir faire émerger ces mouvements naitra.
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *