Transformation, première étape: Nettoyage!

Afin de bien commencer le travail de modification du camion, il est important de passer au nettoyage de celui-ci. À vrai dire, lors du début du nettoyage nous ne pensions pas nous rendre jusqu’au point où l’on s’est rendu. C’était pourtant ce qu’il fallait faire. Car c’est en vidant le tout que nous avons pu voir le vrai état des lieux.

escargot horizon transition achat

Vue de la porte arrière

horizon transition transformation camion

Début du travail

Voici le point d’où nous partions; une simple feuille de contreplaqué vissé au sol. Rien de bien difficile à enlever.

A posteriori, c’est un point à ne pas négliger, si vous voulez faire quelque chose de propre, il ne faut pas passer par dessus cette étape. Il est important de connaître l’entièreté de votre véhicule et de pouvoir partir d’un point connu afin de tout bien reconstruire.

Cela prit une bonne demi-journée de travail sachant que la rouille avait permis aux vis de se briser. Heureusement que le temps permettait d’être à portes ouvertes afin d’évacuer la poussière!

escargot horizon transition achatescargot horizon transition achat

Lors du deuxième jour de nettoyage, il était maintenant temps de s’attaquer au fléau des automobiles au Québec, la rouille! Bien que n’ayant pas beaucoup de kilométrage le camion est tout de même de 2002 et a passé pas mal de temps au gré des saisons. Avoir enlevé la moquette du conducteur nous a permis de constater la proximité que nous avions avec le sol! C’est une longue séance de « buffage » qui s’annonce. Il est important d’utiliser à ce moment là une brosse métallique afin d’enlever seuleument la rouille et de ne pas enlever du métal. Masques et lunettes de vigueur, car la poussière de rouille n’est pas bonne pour le corps! La brosse n’est pas la solution miracle apparement, on nous raconte que dans les magasins spécialisés ils y vont à coup de jet de sable. C’est alors avec minutie que nous la passerons sur les coins les plus ardus et parfois avec une brosse à main pour aller dans les recoins.

A propos Laurent

Après des études de philosophie, il s’est perdu et s’est retrouvé en Amérique du Sud pendant 2 ans. De retour à Québec, il passera par plusieurs emplois où il ne se retrouva pas. Membre de l’Accorderie de Québec il finira aussi par y travaillé pendant 2 ans. C’est à ce moment-là qu’il commencera à s’intéresser aux monnaies locales et sera un des initiateurs du projet à Québec. C’est aussi à ce moment qu’il sera impliqué au comité Décroissance et Transition des AmiEs de la Terre de Québec et à l’atelier collaboratif La Patente. C’est au cours des ces rencontres et implications que le désir de vouloir faire émerger ces mouvements naitra.
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *