Contre le chaud, le froid et le bruit; l’isolation

Soleil, cocotier, plage, etc., voilà ce que nous aimerions viser. La plupart du temps, on va pouvoir se dire que partir en voiture et dormir à belle étoile dans ce genre de lieux, c’est idyllique. Imaginant le camion sur du long terme, on peut s’imager qu’il faille parfois être à l’intérieur dans des moments qui ne soient pas le plus opportun, car le soleil peut aussi être un fléau à l’intérieur d’une boite en métal. C’est pour cette raison que la prochaine étape de travail sur l’escargot est pour nous l’isolation. Que ce soit contre le froid, mais aussi bien le chaud et le bruit, ce dont nous pensons moins ne général. 

Plusieurs options s’offraient à nous quant à l’isolation. Une solution idéale aurait pu être de le faire au polyuréthane, une mousse que l’on souffle sur les parois et qui en séchant gonflent et se figent. À ce qu’il parait on peut même y fixer des morceaux de bois quand c’est on le pose et en figeant on peut s’en servir comme montant. Le coût reste tout de même élevé; environ 450 $ pour le camion, c’est le prix que l’on s’est fait dire sans vraiment magasiner, mais cela nous paraissait tout de même trop cher.

Même les portes sont isolées 🙂

Nous avons opté pour la laine de verre et le styromousse après la consultation de quelques sites présentant des modifications de camions. La laine de verre est plus économique que le polyuréthane, mais à aussi l’avantage d’être un meilleur isolant contre les vibrations, ainsi que de pouvoir se déplacer facilement s’il y a besoin. Imaginons faire un trou pour un tuyau ou de la ventilation, il suffit de la pousser et de la replacer autour de l’endroit désirer. Le polyuréthane quant à lui doit être dépecer, enlever et il faudra en mettre d’autre.

Mais qui dit isolation, comprend qu’il ne faut pas de trou ! Alors devant la problématique de métal ayant marqué une brèche vers le sol du côté du passager conducteur, un ami nous a fourni une solution ! Il nous a donné une plaque d’acier que Laurent a pu découper et former à l’espace désirer. Ensuite, elle fut rivetée au sol une fois peint de peinture antirouille et le problème fut résolu ! Merci à Vincent pour cela !

Lorsque vous avez un trou comme celui-ci dans votre carrosserie, il est important d’enlever toute la rouille et le métal affaiblit autour. Ainsi on peut s’assurer de riveter la plaque protectrice dans des parties solides. C’est aussi important, car quand que la rouille est présente, elle continuera à se propager.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *