Finitions dans l’escargot

Que mettre autour des panneaux de contre-plaqué ? Autour des poignets ? Au sol, comment finir les côtés ? Utilisons ce que nous avons à la maison :

1. Avec la toile de jute qui a servi à réaliser le rangement hamac au-dessus du lit et les rangements sous le lit, nous avons décidé de continuer avec.

Avec la surjeteuse industrielle à l’espace couture de la Patente, nous avons confectionné des bandes de toile de jute que nous avons mis au maximum sur les jonctions du contre-plaqué.

Après un bon mois sur la route, nous avons quelques ajustements à réaliser dans les prochains mois, surtout au niveau des poignets, en raison d’une utilisation quotienne. Nous avons donc pensé à renforcer les contours par une languette de bois (À venir).

2. A partir des rideaux confectionnés chez Tania à Québec dans l’appartement de Laurent, nous les avons repris pour l’escargot. Nous les avons rétréci pour qu’ils correspondent aux tailles des vitres avant et arrière. Cela nous donne une ambiance plus intime et encore plus chaleureuse. Ils s’attachent aussi sur le côté lorsque nous conduisons.

3. Pour délimiter l’espace conduite de l’espace de vie et aussi préserver notre intimité, nous avons utilisé une tenture que nous avions à la maison. Nous l’avons aussi cousu en fonction des dimensions de l’escargot. Photo à venir

4. Difficile de trouver des bordures qui correspondent aux tailles non standard du plancher de l’escargot. Quoi prendre pour réaliser ces finitions du plancher… Un tapis de yoga non utilisé à la maison… En couper des bandes, clous et colle chaude… et voilà le tour est joué! Pour l’entrée sur le côté (cuisine), ce n’est pas encore assez optimal car le fait de se déplacer dedans, bouger la toilette sèche pour accéder au meuble cuisine, la bande commence déjà à se décoller.

5. Pour cacher l’espace du moteur dans l’habitacle de conduite, nous l’avons isolé avec un reste d’isolation et mis de la toile de jute par dessus avec de la colle chaude.

A propos Audrey

Née et a grandi en France, mais après avoir eu son diplôme d’animateur socioculturel elle a décidé de traverser l’Atlantique. C’est en 2011 qu’elle s’est retrouvée dans la ville de Québec. Après avoir travaillé 3 ans de temps à L’Accorderie de Québec tout en étant investie dans le milieu communautaire de la ville, elle s’est lancée dans sa carrière de musicienne tout en restant investie dans les projets alternatifs de la région. Elle a suivi des cours de piano depuis son tout jeune âge, mais c’est en cherchant un instrument pour faire des animations avec des personnes handicapées ou des enfants qu’elle s’est mise à l’accordéon en 2014. C’est maintenant dans le voyage avec un désir de faire des découvertes musicales et des animations que l’Escargot a en son sein tout une panoplie d’instruments.
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *