Aménagement du camion, les plus et moins après 4 mois

C’était le dimanche 12 mars, une tempête de neige commençait et nous venions de finir notre déménagement, tout ce que nous avions se trouvait maintenant dans l’Escargot, notre nouvelle demeure depuis 4 mois. Ça ne s’annonçait pas évident, l’émotion était présente, les projets remplissant l’esprit, mais nous devions commencer nos premiers kilomètres, 256 plus précisément, direction Montréal. Le camion était rempli, heureusement nous n’allions pas dormir dedans la première nuit, ni les quelques suivants puisque hébergé à Montréal et puis par la suite nous allions au Vipassana.

Nous sommes maintenant mi-juillet, il y a de la neige sur le top des montagnes, mais on se baigne dans la mer en la regardant, nous sommes à Vancouver et 8 000 km se sont additionnés aux premiers. Cela fait donc environ plus une centaine de nuit que nous dormons dedans. Il fait maintenant chaud et nous passons la totalité de nos journées dehors, finit le froid hivernal.

C’est le moment de faire un retour sur l’aménagement du camion que nous avons fait. On l’a déjà écrit, mais au départ nous voulions avoir un Escargot un peu plus costaud (comprendre plus haut) pour que l’on puisse se tenir debout. On nous l’avait conseillé et on avait pu se rendre compte que vivre dedans serait plus agréable dans ces cas-là. On a finalement opté pour un escargot qui avait moins pris de stéroïdes, c’est que ça coûte cher ces bêtises-là. Dès le départ, nous savions que notre voyage serait en fonction de la température. On est amateurs de soleil et on va le suivre, c’est-à-dire aller vers le sud lorsque la saison le requerra. Nous avons donc penser à notre aménagement pour qu’il soit fonctionnel avec l’extérieur, que l’on puisse agrandir notre espace de jeux dès que l’on s’arrête. Ceci étant dit, allons-en aux faits.

Commençons parce qui nous semble le moins pratique.

garde-manger cuisine escargot horizon transitionLorsque nous avons eu l’électricité, notre première pensée a été que nous pourrions ainsi nous permettre d’avoir un mini frigo afin de garder les aliments au frais. Nous avons longuement cherché avant de trouver et d’opter pour une glacière électrique. Nous avions choisi cela, car en fait l’équipement en 12volt (adapté aux genres de batteries que nous pouvons avoir) est extrêmement cher, au Québec en tout cas. Si nous voulions quelque chose qui puisse marcher au propane, toute de suite les dimensions devenaient trop excessive pour la taille de notre van. C’est pour cela que nous avons opté pour une glacière électrique : pas obligé de la faire fonctionner en permanence, transportable, plus compacte, bref que des avantages ! Mais qu’est-ce que ça consomme comme électricité !

Au début du voyage cela n’était pas un problème, mais avec l’été arrivant on se rend vite compte que le principe d’une glacière qui est de garder au frais peut vite s’inverser s’il n’y a pas d’apport en frais. Il fait parfois plus chaud dedans que dans le camion. Si on décide de faire fonctionner la glacière avec la batterie, cela prend énormément de temps avant de se refroidir et cela vide complètement notre réserve. Devrait-on acheter de la glace de temps en temps afin d’avoir un apport en froid ? Est-ce utile ? Au vu de ce problème, la glacière est présentement vide et ce n’est pas contraignant. Nous ne mangeons rien qui nécessite réellement d’être gardé au frais, à part le beurre peut-être, mais sinon ce n’est que des produits frais que nous achetons en petite quantité. C’est une réflexion que nous sommes en train d’avoir si on le garde ou pas. On a trouvé aussi que l’on pouvait garder au frais, si nécessaire, un plat une nuit en le mettant dans une rivière dans un emballage imperméable. Écologique et efficace, c’est une alternative possible en Colombie-Brittanique, mais quand on sera en Arizona par exemple ?

L’eau

Avoir le frigo cela nous a imposé une contrainte d’espace afin de la placer. Afin d’être indépendants, nous voulions également avoir une bonne réserve d’eau, nous avons opté pour un contenant de 20 litres, on peut tenir 4 jours sans restriction dans la forêt. Autant maintenant avec l’été en faisant des arrêts en pleine forêt c’est beaucoup plus simple, autant au départ quand nous devions rester à l’intérieur à cause de la température, l’emplacement de l’eau et du frigo ensemble était une source d’agacement. Un contenant de 20 litres d’eau, c’est lourd, c’est 20 kilogrammes, il y a aussi l’effet de mouvement à l’intérieur du bac quand on roule, avoir ce type de contenant à une certaine hauteur ne nous inspirait pas. Il devait être proche du sol, mais l’espace était restreint et il ne restait plus que dans le garde-manger devant le frigo. Ce qui est pénible, car l’on doit retirer l’eau à chaque fois pour atteindre le frigo. De plus pour se verser de l’eau il faut basculer le contenant, en se levant ce n’est pas l’activité physique la plus agréable !

On a bien acheté une pompe manuelle qui s’insère dans l’ouverture afin de donner de la hauteur, mais celle-ci ne rentre pas quand le contenant est dans son rangement. Nous n’avions pas acheté le contenant avant de partir et on en paye le prix dans l’organisation maintenant. Si on retirait le frigo par contre… on pourrait placer l’eau différemment….

La tablette du meuble bureau.

Alors que c’était une des parties dont Laurent était le plus contenant dans la confection des meubles, pour l’aspect multifonctions, c’est finalement une partie qui n’est pas si adaptée… Afin de manger à l’intérieur par mauvais temps ou alors de travailler, on a une tablette repliable dans le meuble pour ne pas prendre trop d’espace avec une table. Elle a deux tailles différentes. Cependant nous n’avions pas encore vécu en camion et nous n’avions pas pensé à toutes les situations ! La tablette est fonctionnelle et remplit pleinement sa fonction, elle est solide, mais qu’est-ce qu’elle est pénible à utiliser!

Ses pattes ne sont pas très pratiques à mettre même si nous avons trouvé quelques astuces. On pensait au départ mettre des chaînes qui tiendraient le meuble afin de ne pas déranger les pieds, mais nous craignions pour la solidité, nous sommes en train d’y repenser. Car quand le lit est fait, il faut penser à lever les pattes à l’avance sinon on y a pas accès, de plus, si on veut s’allonger, elles prennent de la place. Le point peut-être le moins pratique et qui fait du plus grand espace du bureau, la partie finalement la moins utilisée, c’est que la tablette ne s’abaisse pas au complet. Nous pensions que ce ne serait pas un problème, mais il s’avère finalement que c’est un point important si on veut y accéder rapidement qu’il n’y ai pas besoin d’ouvrir à chaque fois. Il faudrait démonter la tablette et la réinstaller différemment afin d’au moins avoir cela, nous y pensons fortement. Car même le soir, lorsque la paresse s’installe et si on regarde quelque chose sur l’ordinateur nous ne pouvons le laisser ainsi et il y a donc perte d’espace.

Les plus: rack, lit, la partie cuisine et la toilette

escargot cuisine horizon transitionBien que le garde-manger pourrait s’améliorer avec la modification de la partie du bas pour l’eau et le frigo, la partie « cuisson » et épices quant à elle un plus ! Nous avons pensé à installer la partie où se trouve le réchaud sur la porte, ainsi, lorsque nous voulons cuisiner, il suffit d’ouvrir la porte et nous voilà dehors ! Pas besoin de tout déplacer, juste une porte à ouvrir !

Pour être honnête, tout ne s’est pas déroulé comme on le souhaitait au départ, nous avions récupéré un réchaud et fait un meuble sur mesure, mais nous ne l’avions jamais essayé ! On n’en avait pas encore besoin… Quand vint le temps de l’essayer, misère et désolation, il manquait des pièces et impossible finalement les trouver. En fait, on l’a trouvé en Colombie-Britannique, mais à un prix tellement élever et la pièce ne s’avérait pas fonctionnel avec notre installation, qu’il a été préférable d’en acheter un autre… Un peu plus grand et s’adaptant moins, mais qui finalement peut être plus pratique si on décide de cuisiner sur table à pique-nique….

Le rack

Alors que l’idée semblait un peu « too much » au départ, le rack sur le toit est devenu un de nos meilleurs amis. Lorsque nous sommes partis de Québec, les malles qu’il nous permettait d’avoir ont été un salut dans notre capacité de stockage. Nous l’utilisons maintenant pour fixé les douches solaires, nous essayons d’installer un paravent, il y des roues de secours et nous allons-y faire une terrasse. Autant que pour l’été c’est comme un agrandissement du camion. De plus sa solidité nous permet aussi de fixer un côté du hamac. Nous sommes également à penser aussi faire un déshydrateur et un four solaire que nous pourrions incruster dedans, c’est une source infinie de projets à réaliser.

Le lit

horizon transition aménagement camion lit

Sur une proposition d’Audrey et des idées venant de Pinterest, le lit répond parfaitement à nos besoins. Le principe est simple ; les lattes de bois le formant s’emboitent pour se ranger. Au lieu de se déplier comme un futon, il se tire. L’idée originelle est d’avoir le lit en deux parties, nous l’avons fait en 3 afin de pouvoir replier la partie proche de la porte tout en gardant une partie plus grande pour se réveiller tranquillement. Nous avons fait une literie adaptée sur mesure afin de répondre à ces particularités et en 2mn le lit est fait. Nous avions des tapis de mousse à l’appartement, nous les utilisons pour les mettre en dessous du matelas de mousses et les lattes de bois et les rêves sont doux ! Nous ne sentons pas les lattes.

La toilette

toilette sèche camion compost« C’est une perte d’espace ! » — « Mais qu’est-ce que vous allez faire de cela ! » — On en a entendu des commentaires lors de la confection de notre toilette, mais finalement l’idée qui apparaissait comme saugrenue nous est très utile ! Quand nous sommes dans la forêt, on peut s’accommoder facilement de la nature en pleine journée, c’est une autre histoire la nuit quand on est à moitié endormis…. En ville les toilettes se trouvent dans les lieux publics, mais en plein embouteillage ou quand on dort dans une rue résidentielle et qu’il ne faut pas se faire remarquer…

Puis finalement, même en forêt, pouvoir s’assoir sans avoir à être dans de hautes herbes… faire son affaire en regardant le paysage au loin, confortablement assis, c’est un luxe que nous apprécions ! Fonctionnement simple avec la sciure, son réservoir fait que nous nous l’avons rempli qu’une fois depuis le départ que cela fonctionne. La vidant régulièrement et y mettant la bonne quantité de sciure, c’est parfait. On la vide quotidiennement et un coup d’eau dedans et c’est comme neuf.

Pour tout dire, elle est multifonctionnelle, car quand elle est refermée, c’est un banc, mais c’est aussi notre table. Mais chut !


Also published on Medium.

A propos Laurent

Après des études de philosophie, il s’est perdu et s’est retrouvé en Amérique du Sud pendant 2 ans. De retour à Québec, il passera par plusieurs emplois où il ne se retrouva pas. Membre de l’Accorderie de Québec il finira aussi par y travaillé pendant 2 ans. C’est à ce moment-là qu’il commencera à s’intéresser aux monnaies locales et sera un des initiateurs du projet à Québec. C’est aussi à ce moment qu’il sera impliqué au comité Décroissance et Transition des AmiEs de la Terre de Québec et à l’atelier collaboratif La Patente. C’est au cours des ces rencontres et implications que le désir de vouloir faire émerger ces mouvements naitra.
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *